Mariano Martinez : « La veille d’un critérium, je couchais dans ma voiture ! »

Interview Patrick Dorckel – Photos archives Mariano Martinez

Mariano Martinez avec son fils Yannick à Lurcy-Lévis

http://www.equip-foret.fr/

Mariano Martinez a été un coureur hors du commun. C’est un livre qu’il faudrait écrire pour relater sa carrière atypique. Il a traversé le cyclisme en côtoyant des générations de coureurs.Vainqueur de deux étapes dans le Tour, Maillot à Pois en 1978, il a brillé dans les courses à étapes difficiles, propices à ses talents de grimpeur. Professionnel pendant onze saisons, il a poursuivi sa carrière chez les amateurs jusqu’à 53 ans ! Miguel et Yannick, ses enfants, ont suivi les pas de leur père. Rencontré récemment à Lurcy-Lévis lors d’une réunion sur piste, Mariano a accepté de retracé son parcours pour Véloracingnews.
Véloracingnews : Tu es né à Burgos (Espagne) le 20 septembre 1948, à quel âge es-tu arrivé en France ?
Mon père était venu en France une première fois, comme moi, à l’âge de 5 ans. A 14 ans, en 36 il est monté à Paris en vélo pour rejoindre des partisans qui allaient combattre le franquisme. Il a été blessé pendant le conflit et, comble de l’ironie, il a épousé une femme qui penchait vers l’autre bord. En 1953, mes parents ont quitté l’Espagne pour venir s’installer à Saint-Ouen-Sur-Loire dans la Nièvre. Au début ouvrier agricole, il a travaillé aux aciéries d’Imphy. J’allais à l’école avec des petits Polonais, nous ne parlions pas un mot de Français.
Véloracingnews : Quand as-tu commencé le cyclisme ? Qu’est-ce qui t’as guidé vers ce sport ?
Avec Martin, mon frère, nous allions au bar du village voir les actualités à la télévision qui résumaient l’étape du jour du Tour de France. Notre idole était Federico Bahamontes vainqueur du Tour 1959. J’ai débuté le vélo en 1963. Je courais avec un vélo que nous avions trouvé dans une déchetterie dont nous avons repeint le cadre. Ma première saison, j’ai terminé mes 10 courses effectuées dans les dix premiers, mais sans victoire. Je ne m’entraînais pas. Je roulais à vélo pour me déplacer ou aller à la pêche.

 

Mariano au 2e rang-Equipe Gitane 1975

Véloracingnews : Parle-nous de tes premières victoires.
J’ai remporté ma première victoire à Varennes-Vauzelles (58) malgré une chute. Comme j’étais Espagnol, on m’avait catalogué comme grimpeur, j’attaquais à tour de bras sans aucune stratégie, alors que j’ai aussi remporté des courses au sprint. J’ai gagné 12 courses lors de ma première année de juniors dont le 1er Pas Dunlop à Montpellier (Championnat de France) et 14 en juniors 2 qui correspondait aux 3e catégories.
Véloracingnews : Quels ont été tes clubs en amateurs ?

Avant de passer pro, j’étais licencié au CC Varennes-Vauzelles dirigé par Lucien Manquat. Mickey Wiegant est venu me voir à la maison pour me recruter à l’A.C.Boulogne Billancourt, grand club parisien qui était l’antichambre de chez Peugeot. J’étais pris en charge à 100 % mais en cas de non signature chez Peugeot, il fallait rembourser tous les frais engagés par le club. Je n’ai pas voulu me mettre ce boulet au pied. Je me suis formé moi-même. Je suis un autodidacte du vélo.
Véloracingnews : Tu deviens Champion de France Juniors en 1965, c’est le 1er déclic pour une carrière pro ?
C’est Lucien Manquat qui m’a emmené disputer l’épreuve. Comme son épouse voulait voir Marseille, nous avons fait un crochet par la cité phocéenne. Il avait une Floride décapotable, j’étais assis à l’arrière ballotté, la fumée du conducteur dans le nez. Nous n’avons été reconnaître ni le parcours, ni l’arrivée. Un groupe de 7/8 s’est dégagé dès le départ. Ils ont eu jusqu’à 5 mn d’avance. Je suis sorti pour revenir en tête. Nous étions encore 3/4 et j’étais le plus frais. Le peloton chassait emmené par Pailleux qui avait été Champion de France cadets l’année précédente alors que j’avais terminé 4e. Sur cette course en 1964, à Bully-les-Mines (62) j’avais roulé en tête pendant 30 km, pour écouter les infos de la voiture ouvreuse, concernant l’arrivée au Puy-de-Dôme et le duel Anquetil-Poulidor. A Montpellier, j’ai battu mes compagnons d’échappée au sprint. (Bernard Thévenet termine 5e.)

 

Véloracingnews : En 1971 tu passes pro chez Hoover-De Gribaldy, quelles sont tes premières impressions au plus haut niveau ? Parle-nous du Vicomte, un personnage hors normes dans le cyclisme ?
Je voulais arrivé à 100 victoires avant de passer pro. J’ai gagné 101 courses amateurs avant 1971. J’ai disputé la Route de France (3e), le Tour de l’Avenir (3e du classement de la Montagne en 1970), remporté le Tour du Nivernais-Morvan… J’avais le choix entre deux formations, Mercier (dirigée par Caput) et De Gribaldy. J’ai opté pour De Gribaldy car je ne voulais pas être le porte bidon d’un leader.
Le Vicomte était un personnage haut en couleur. C’est lui qui collait les boyaux, pour faire des économies, car il trouvait que les mécanos mettaient trop de colle.
Véloracingnews : Les salaires de l’époque ne sont pas comparables à ceux d’aujourd’hui, combien gagnait un coureur dans ces années-là ?
J’ai signé chez de De Gribaldy pour 800 francs alors que chez Mercier on m’en proposait 1000. Chez De Gribaldy nous n’étions payés que durant les 10 mois de la saison routière et nous avions une prime de 200 fr. par victoire. Alors, l’hiver, je travaillais à ‘’Carrefour’’ et je faisais les cyclo-cross pour faire bouillir la marmite. (16e du Championnat du Monde en 1972). Un leader gagnait 5 ou 6 fois le SMIC. Je ne parle pas de Merckx bien entendu.

 

Véloracingnews : Sixième du Tour en 1972, tu as couru avec Eddy Merckx le plus grand coureur de l’histoire du cyclisme. Quelle impression gardes-tu de lui ? Et Bernard Hinault ?
Quand je suis passé pro et que j’ai croisé Merckx pour la première fois, je lui ai tendu la main qu’il ne m’a pas serré. Pourtant je le considère comme un gentleman. Il remontait un peloton et remerciait un coureur qui lui ouvrait la porte. Hinault était différent. Le Blaireau est un surnom qui lui convient parfaitement. Il était hargneux, teigneux, exigeant avec un caractère terrible lorsque ça n’allait pas.
Véloracingnews : Aux Championnats du Monde 1974 tu montes sur le podium derrière Merckx et Poulidor, peux-tu revenir sur cette course ?
La course se disputait à Montréal. Bernard Thévenet avait 1’30 d’avance à 10 km de l’arrivée, il aurait dû être Champion du Monde. Mais il a eu une défaillance dans le final. On se retrouve à quatre à revenir sur lui : Merckx, Poulidor, Santambrogio et moi. J’étais bien et je voulais attaquer au pied de la dernière difficulté. C’est Poulidor qui a pris l’initiative suivi de Merckx. L’Italien qui courait chez la Molteni, équipier du Belge, a fait la cassure et je me suis retrouvé piégé.

 

3e des Championnats du Monde Pro 1974

Véloracingnews : 1978 c’est la consécration, Maillot à Pois du Tour et vainqueur d’étape, ta meilleure saison ?
C’est l’année où j’ai ouvert mon magasin de cycles. Je termine 2e du Dauphiné, 4e du Tour de Romandie, 6e du Tour de Suisse. J’avais un gros moral. Pendant le Tour je téléphonais à ma femme, les vélos se vendaient bien. A la suite du déclassement de Pollentier à l’Alpe d’Huez pour tricherie au contrôle, Hinault se replace à 14s de Zoetemelk alors Maillot jaune mais il reste un chrono de 72 km favorable au Breton. Pour ma part, je récupère le Maillot à Pois. Hinault me met la pression : « Si tu laisses le prix à mon équipe, je te laisse tranquille jusqu’à Paris ». Je refuse. Alors le lendemain, dans la première bosse, on la monte à bloc, tout au sprint. Je le devance au sommet d’une demie-roue. Il vient vers moi et me dit : « Je voulais voir ce que tu avais dans le ventre ». Le bilan de ce Tour était formidable : une victoire à Saint-Lary-Soulan, le Maillot à Pois et 10e au général.

 

Maillot à Pois du Tour 1978

Véloracingnews : Tu as changé d’équipe presque tous les ans ? Un choix ?
J’allais où on me proposait le meilleur contrat. J’étais peut-être trop timide pour renégocier mon salaire à la hausse ? Fin 1978, l’équipe JOBO s’est arrêtée alors j’ai signé à la Redoute où j’ai terminé ma carrière pro. L’ambiance n’était pas terrible, il y avait des clans. J’ai remporté une étape du Tour à Morzine malgré deux chutes. En 1981, dans les critériums, on annonçait Martinez sur les affiches mais c’était souvent Philippe Martinez de chez Peugeot qui était engagé.
Véloracingnews : Tu quittes le monde professionnel en 1982, mais pas le cyclisme. Pourquoi cette reconversion chez les amateurs ?
Fin 1981, je suis viré de l’équipe malgré une victoire d’étape dans le Midi Libre. Je n’ai pas eu de propositions. Bien sûr, il y avait une certaine lassitude mais la passion était toujours là. Alors je suis redescendu chez les amateurs où j’ai glané encore de nombreux succès. En 1985, j’ai remporté 36 courses en 1ère catégorie. Et puis j’avais mon magasin de cycle à faire tourner.

 

Véloracingnews : Deux titres de Champion de France en vétérans 1989 et 1992, une carrière bien remplie ?
En 1989, j’ai remporté le titre qui se disputait à Montluçon. En 1992, j’étais à Aulnat-Sayat, l’équipe de Patrick Bulidon. Je consultais régulièrement un magnétiseur et il m’avait dit que tout allait bien se passer. A 10 bornes de l’arrivée on était à 1’30 de l’échappée. Pour moi, c’était cuit ! Je suis revenu dans le final et j’ai remporté cette victoire à laquelle je ne croyais plus. Champion de France des débutants en 1965, des vétérans en 1992 oui c’est une carrière bien remplie. J’ai arrêté à 53 ans. Suite à une chute, les tendons à l’épaule m’empêchaient de lever les bras, ce n’était plus la peine de continuer !
Véloracingnews : Ton frère Martin a aussi été pro. Quel coureur était-il ?
J’ai deux frères qui ont couru. Manuel qui a été un bon coureur régional. C’était un farfelu. Lors d’une course, alors qu’il était échappé, il s’est arrêté pour manger des pommes. Martin avait deux ans de plus que moi il a été pro de fin 1972 à 1975. Il a connu son heure de gloire en 1974, en remportant une étape de la Vuelta à Avila. Il avait un magasin de cycle à Imphy (58).
Véloracingnews : Miguel et Yannick tes enfants, connaissent aussi le succès dans le cyclisme. Quel regard portes-tu sur leur carrière ?
Yannick est trop angoissé. Il voit toujours le verre à moitié vide. Comme les jeunes d’aujourd’hui, il faut qu’il vérifie tout ce qu’il fait sur internet.
Moi dans les pires moments, j’ai toujours cherché le côté positif de la chose. En vélo, le mental est primordial. Je couchais dans ma voiture la veille d’un critérium. Je mangeais un paquet de pain d’épice et un camembert avant le départ. Les coureurs de ma génération se posaient moins de questions.
Miguel avait des dons pour le cross-country (Champion Olympique et Champion du Monde de VTT en 2000), il en fait parfois beaucoup trop. Dommage qu’une tendinite l’ai privé de donner le meilleur de lui-même sur la route. A 41 ans il est encore compétitif.
Maintenant c’est Lenny, mon petits fils qui porte le flambeau des Martinez !

 

Une carrière bien remplie !

Véloracingnews : Pour terminer, comme c’est la coutume sur Véloracingnews, raconte-nous une histoire amusante qui t’es arrivée en course ou à l’entraînement ?
En 1972, j’ai fini 6e du Tour et pourtant j’ai failli ne pas le terminer. La veille de l’arrivée, j’étais un peu dérangé et je m’arrête dans un bois pour satisfaire un besoin naturel. Je pose mon vélo sur le bord de la route et pour plaisanter, Gerben Karstens, bien connu pour ses facéties, m’embarque ma machine et la dépose 100 mètres plus loin. Je ressors du bois, plus de vélo ! Et personne ne se soucie de moi, je vois défiler les voitures et je cherche partout ma bicyclette. Heureusement en longeant la route je retrouve ma monture et j’ai pu réintégrer le peloton. Mais pendant un instant quelle frayeur !
Une anecdote de Daniel Morlevat bien connu pour ses nombreuses victoires dans la Nièvre :
« Mariano, je l’ai vu débuter. Quelques jours après son titre national, Mariano s’aligne sur une course près de Nevers. Sur la ligne de départ, je dis à un compagnon : ‘’Regarde Mariano où il est’’. Il était placé en queue de peloton. Alors on attaque comme des fous. Le temps qu’il double tout le monde, on avait pris une bonne avance et il n’a pu revenir en tête. A l’arrivée, il est venu nous voir. ‘’Vous m’avez bien eu, la prochaine fois ça ne se passera pas comme ça’’…
A 69 ans Mariano Martinez fait preuve d’une belle sérénité. Après une brillante carrière, il suit avec passion celles de ses enfants et de son petit fils. Plutôt que de donner des montagnes de conseils, Mariano préfère privilégier le côté plaisir et la liberté que propose la pratique du cyclisme. Trouver le bonheur sur un vélo, c’est le meilleur moteur pour être compétitif. Une belle philosophie que de nombreux coureurs ont tendance à oublier !

 

Palmarès sur le site de Christian Desbrosses, Multichoses, qu’il faut absolument voir pour le travail d’archiviste accompli sur le cyclisme en Bourgogne.

http://multichoses.over-blog.com/

 

1963

 

1° à Varennes-V., Bourges, Neris

2° à St-Satur, Bessay, St-Sauveur-en-Puysaye

3° à Vierzon

4° à Bourges, Vauzelles, Veauges

 

1964 (cadet – Varennes-Vauzelles)

 

1° à Moulins (7-5), à St-Pourçain (26-7), à Parigny-les-Vaux (30-8), à St-Satur,

Vierzon, Vauzelles, Guérigny, Bourgneuf, Garchizy (27-9)

2° à Bourges

3° à Veauges, Montceau, Varennes-V.

4° à Lurcy-Lévy

 

1965 (CCVV)

 

1° du 1° Pas Dunlop-(Champ. de France juniors) (27-5), du P. de Jouet-les-Bois, St-Satur,

La Fermeté, du p. St-Louis à Fourchambault (29-8), à Villefranche d’Allier,

Neuvy-Barangeon, Chazemay

2° à Billy-Chevannes, Vierzon, Dijon, Gimouille, Ouagne, La Guerche

3° du P. des Rameaux à Fourchambault , à Viré (11-6), Marseille-les-A., Fourchambault, Grossouvre

4° à Mornay-s-A.

5° à La Charité

8° des Allées du Parc à Dijon (12-7)

 

1966 (CCVV)

 

1° à Chaulgnes (15-5), à Chantenay-St-Imbert, Jouet-s-Aubois, Saincaize (5-6), Villefranche d’A.,Garigny, Sancoins (12-6), à La Fermeté, Grossouvre, Greux

2° à Garchizy, à Blet

3° du Champ. de Bourgogne am., du P. du Com. des Fêtes de Château-Chinon

3° du P.Paul Guignard à Ainay, à Gimouille

5° à Bussy

 

1967 (CCVV)

 

1° du P. de la Lib. de Nevers, du GP de Nevers, à Champ-sur-Yonne, à Saulieu

1° du P. de la JGA Nevers, de la 1° étape du C. du Jura, à Charentonnay, à Blancafort

2° à Montigny-en-Morvan, à Néris, du champ. de Bourgogne de cyclo-cross, du Tr. Peugeot à Dijon, à Bitry (9-10)
3° à Digoin et à Imphy

4° à La Machine, de la 3° étape du T. de l’Yonne

5° du champ. de Bourgogne de cyclo-cross (15-1)du C. Gruet du Jura (28-5)
6° à Decize, à St-Bénin d’Azy

 

1968 (CCVV)

 

1° à Ouroux-en-Morvan, à Charolles, à Maillet, à Saint-Bénin, à Menou
2° des champ. de Bourgogne, au Côteau, du T. de Sancerre, du GP de Confolans

3° du km Rustines à Auxerre (24-3), de la Rte de France, du Trophée Peugeot, à Montigny-en-Morvan, à Yzeure (7-10)

4° du champ. de Bourgogne de cyclo-cross (28-1), à Varennes-Vauzelle

5° à Nevers, à Dommartin-les-Cuiseaux (13-5)

6° à Luzy, du T. de l’Yonne, à Autun, à Château-Chinon (st-Jean)
7° du C. des Mines (Moselle)

8° de la Ronde du Haut-Mâconnaise

 

1969 (CCVV) (15 victoires)

 

1° du P. d’Ouverture à Nevers (16-3), à Chantenay-St-Imbert, d’une étape de la Rte de France, d’une étape de Montereaux-Sens-et retour, du GP de Bourges, à St-Leu, à Corent

1° à Couloutre, à Menou, du P. Guyot à Nevers (16-3), à Menetou, à Luzy

2° du Champ. de Bourgogne sur route et cyclo-cross (19-1), du gp d’ Orval, à St-Pierre-le-Moûtier,

2° à Maillet, de la 1° étape du T. des Alpes de Provence (23-3), à Montigny-en-Morvan, à Commentry

3° de la 1°et de la 4° étapes du T. Nivernais-Morvan, à Digoin (pl.République), à Dijon (p.des cheminots)
4° du cyclo-cross de Précy-sous-Thil (2-2), de la Rte de France, à Brassy

5° du Champ. de France amateurs

7° à Fourchambault, à Dijon (p.de la gare), à Garchizy

9° à Brassy

 

1970 (CCVV)

 

1° du T. Nivernais-Morvan, de la 2° et de la 6° étapes du T. Nivernais-Morvan

1° du P. de la Vogue à Violay, du P. de la Libération à Autun, à Montigny-en-Morvan

1° d’une étape de Montereaux-Sens et retour, à Trevol, du P. de Decize (11-10),

1° de la 2° étape du C. de Côte-d’Or
2° à Maillet, à Vauzelles, du cyclo-cross de Marsannay (18-1)

3° de la 4° étape du T. d’Algérie, à St-Honoré-les-Bains, de la 5° étape du C. de Côte-d’Or

4° du champ. de Bourgogne de cyclo-cross (11-1)

4° de la 3° étape de Paris-St-Pourçain, de la 3° étape et du CG du Circuit de Côte-d’Or

4° de la 5° étape du T. Nivernais-Morvan, du champ. de Bourgogne de cyclo-cross

5° de la 4° étape de Paris-St-Pourçain, à Villapourçon

6° de Paris-St-Pourçain, de la 3° étape du C. de Saône-et-Loire

8° du C. de Saône-et-Loire

 

1971 (Hoover)

 

2° du champ. de Bourgogne de cyclo-cross,

8° du GP d’Argovie et de la 7° étape du T. de France
12° de la 8° étape du T. de France

14° de la 1°(b) étape du T. de France
15° de la 14° étape du T. de France
16° du T. de Romandie et de la 9° étape du T. de France
17° du Midi-Libre et de la 18° étape du T. de France
31° du T. de France

 

1972 (Magniflex)

 

1° du champ. de Bourgogne de cyclo-cross( 30-1), du GP de Fribourg,
2° d’une étape du Dauphiné et d’une étape du T. de Romandie
2° au Crit. de Bussières, à Besançon, à la Rde de Montauroux
3° de la 17° étape du T. de France
5° de la 8° et de la 11° étapes du T. de France
6° du T. de France, de la 12° étape du T. de France
7° des 13°, 14° (a) 15° étapes du T. de France
8° de la 14° étape(b) du T. de France
12° de la 7° et 10° étape du T. de France
16° du Champ. du Monde de Cyclo-cross

 

1973 (Gan)

 

2° de la 7° étape (a) du T. de France
3° du Midi-Libre, de la 8° étape du T. de France

4° du T. de Romandie
6° de la 12°(b) étape du T. de France

7° de la 16°(a) étape du T. de France
8° de la 5°, 8)(b) et 13°étape du T. de France
10° de la 9° et 14° étape du T. de France
12° du Tour de France et de la 11° étape du T. de France
13° de la 20° étape du T. de France

 

1974 (Sonolor)

 

1° de la 5° étape du Midi-Libre
2° des 10° et 15° étapes du Tour
3° du champ. du Monde, de la 17° étape du T. de France

8° du Tour de France
9° à Ambares

10° de la 21° étape(b) du T. de France
12° de la 16° étape du T. de France
15° de la 8°(b), 9°, 11° et 18° étape du T. de France
16° du Champ. de Zurich

 

1975 (Gitane)

 

1° du Champi. de Bourgogne de cyclo-cross (21-12)

3° du C. du Mont-Chauve, du GP d’Aix-en-Provence, de la 8° étape du Dauphiné et de la 3° étape du T. de l’Aude

3° du Cyclo-cross de Champvert (7-12)
4° du T. de l’Aube

5° du T. du Limousin
7° du T. de Corse

8° au Creusot (24-7)
9° de la 14° et de la 21° étape du T. de France, à la Rde de Seignelay (28-7)
9° de la 3° étape du T. de Romandie

11° de la 16° étape du T. de France
12° à Montceau, de la 19° étape du T. de France
13° de la 3°, 14° et 20° étape du T. de France

14° du T. de France
15° du Champ. du Monde de Cyclo-cross

 

1976 (Lejeune)

 

4° du Champ. de France de demi-fond, à Auzances,
4° de la 13° étape du T. de France
5° de Paris-Camembert
7° du Champ. de France de Cyclo-cross
9° de la 20° étape du T. de France
10° de la 5°(b) et 18° (b) étape du T. de France
15° du Champ. du Monde de Cyclo-cross,
42° du T. de France

 

1977 (Velda)

1° du Prix de Besseige
2° du Champ. de France de demi-fond
3° à Antibes

5° du cyclo-cross de Sayat
10° du Champ. de France de Cyclo-cross, de la Semaine Catalane
13° du Champ. du Monde de Cyclo-cross
27° du Giro

 

1978 (Jobo)

 

1° à Grabs-Voralp, de la 11° étape du T. de France (+ meilleur grimpeur),
1° d’une étape du T. du Vaucluse, de la 4° étape du T. du Limousin, d’une étape du C. de la Sarthe
2° du Dauphiné-Libéré et du T. du Vaucluse
3° du C. de la Sarthe

4° du T. de Romandie
5° du Champ. de France

6° du T. de Suisse
7° du Crit. National, de la 10° étape du T. de France
8° de la 2° étape du T. de France, du Champ. de France de Cyclo-cross
9° des 14° et 15° étapes du T. de France
10° du T. de France

12° de la 17° étape du T. de France, de Paris-Camembert
13° de la 1°(b) et 16° étape du T. de France
14° du GP des Nations, de la 13° étape du T. de France
15° de la 5° étape du T. de France
16° du Champ. du Monde de Cyclo-cross
1979 (la Redoute)

 

2° d’une étape du T. de Catalogne
3° du Champ. de France,

4° du cyclo-cross de Sayat
6° du Midi-Libre et de la 18° étape du T. de France
8° à Château-Chinon, de la 2° et 3° étape du T. de France
10° du Dauphiné-Libéré et de la 9° étape du T. de France
11° de la 1° étape du T. de France
12° du Champ. de France de Cyclo-cross
16° du T. de France

 

1980 (la Redoute)

 

1° de la 17° étape du T. de France, de la 3° étape(a) du T. du Limousin (+ meilleur grimpeur)

2° à Bellerive

6° du Champ. de France de cyclo-cross
8° du T. du Limousin
9° du GP de Francfort, de la 14° étape du T. de France
11° de la 19° étape du T. de France

32° du T. de France

 

1981 (la Redoute)

 

1° à Arrate et d’une étape du Midi-Libre
5° du Champ. de France de Cyclo-cross
6° de la 15° et de la 18° étape du T. de France
7° de la 7° de la 14° étape du T. de France
10° de la 16° et de la 22° étape du T. de France

 

1982

 

1° du P.de Charroux,du P.de la Libération de Nevers, à Couches (19-7), à Celles-sur-Durolle (2-8)
2° à St-Nectaire-haut (10-7), de la Nocturne de Nevers, à Blanzy, du cyclo-cross de Chignat

3° à Châteaugay

4° du cyclo-cross d’ Aubière

7° à St-Julien-de-Civry (6-9)

 

1983

 

1° à Rozelay (10-5), à Varennes-Vauzelles, de la Rte Bleue à Roanne, du P. de l’Ambassadrice Rosière à Montferrand Montferrand, à St-Nectaire-haut (7-8), de la Noct. de Néris (13-8)

2° du Circ. Boussaquin, à Vesdun
3° du P. de la Vogue à Violay, à Nevers, de la 3° étape du C. de Saône-et-Loire, à Celles-sur-Durolle (1-8)

4° du C. de Saône-et-Loire

 

1984

 

1° du GP de Doyet, du P. de l’Ambassadrice Rosière à Montferrand

2° à St-Just-près-Brioude, au Creusot (rue Foch), à Souvigny (30-4), à Celles-sur-Durolle (30, de la Noct. de Néris (14-8)7)

3° à Meaulne, à Clermont, Chabreloche

4° à Larochemillay

5° à La Machine

6° du cyclo-cross de Beaumont-Aubière

 

1985

 

1° à Mars (42), du GP de Pont-de-Dore, à Nevers (2-6),du C. des 2 ponts à Montluçon (11-7), à Châteaugay, à St-Junien, à Rodez, du P. de la Brasserie à Fourchambault (26-8), à Fourneaux (20-9)
2° du C. des 4 cantons à Yzeure, à Ville-Gozet (18-5) du GP de Doyet, à Montluçon (2 ponts), à Cours-la-Ville (30-7), de la Noct. de Murol (2-8)

2° à St-Bérain (1-9)
3° du C. des Mts du Livradois, à Falgoux
5° à Clamecy (10-6)

 

1986

 

1° du GP de Doyet, à Allassac, à Villapourçon, du Circ. des Mts du Livradois (série b)

1° du GP de Pont-de-Dore, du P. de la Vogue à Violay, du GP des Foires d’ Orval, du cyclo-cross de Job
2° à Brioude, à Falgoux, à Ville-Gozet (9-5), à St-Amour (39)

3° à Buxières-les-Mines, à Celles-sur-Durolle (28-7) , de la Noct. de Néris (14-8)

 

1987

 

1° du C. Boussaquin, à La Combelle, à Grand-Bourg, à Lancié (19-7)

2° à Celles-sur-Durolle (27-7)

3° à Beaumont, du Circ. des Mts du Livradois, du P. de la Vogue à Violay, à Semur (4-6)

 

1988 (ASF)

 

1° à La Bourboule

2° à Magnet

3° à Doyet, au C. Boussaquin, à Grand-Bourg

7° à Savigny-les-Beaune (17-7)

 

1989

 

1° du champ. de Bourgogne (21-5) et de France vétérans, à Mezel, de la Noct. de Murol, à St-Mamet
2° à St-Nectaire-haut (9-8), à Salles-en-Beaujolais (29-7), à Paulhaguet (7-8), St-Nectaire, Ainay, à Celles-sur-Durolle (31-7)
3° à Montboudif, à Tronget, à Souvigny (30-4), à Avermes, au Donjon, à St-Léon, à Viré (11-6)
4° au Souv. Barrat (Chamalières)

 

1990

 

1° à St-Sernin du Bois (18-6), du P. du Country-Club d’Orcet

2° à Falgouxn à Bligny (1-4), à Souvigny (30-4)

 

1991 (Aulnat)

 

1° du P. de la Brasserie à Fourchambault, à Champeix, à Falgoux
2° à Souvigny (29-4), à Nolay (18-5), à Charbonnier (17-6),, du Champ. de France vétérans, de la Durtorccha, du GP d’Allègre

3° du champ. d’Auvergne CLM (29-9)

 

1992 (Aulnat)

 

1° du champ. de France vétérans
2° à Charbonnières-les-Varennes, à Neuilly-en Donjon,à Riom-es-Montagne

2° du Gentleman de Commentry, à St-Sylvestre-Pragaulin,

3° de la Durtorccha, à Dommartin-les-C., à Artonne, à Saint-Mamet

 

1993 (Aulnat)

 

2° à Monestier (31-5)

3° à Mauriac (14-7), à Celles-sur-Durolle (2-8)

 

1994 (ROMYA)

 

1° du chp de l’Allier (8-5), à Montvicq (16-7), à Gouzon (26-7),

2° à St-Sylvestre-Pragaulin, à Bourbon-l’Arch. (9-5), à Bessay-sur-Allier (4-7), à Saignes (4-8), à Mezel (7-8), du P. de la Municipalité à Orcet (16-9)

3° à Billy (17-6), à Celles-sur-Durolle (1-8,) au Falgoux (6-8), à Tauves (11-9), à Cébazat (17-9)

 

1995 (ROMYA)

 

2° à Bourbon-l’Archambaud (6-5)

3° à Condat-en-Féniers (2-9), à Sauxillanges

 

1998

 

1° du champ. de Bourgogne vétérans (7-6)

2° au Cendre