Colombia Oro y Paz – 1ère édition

Toute nouvelle course inscrite au calendrier UCI, la Colombia Oro y Paz s’est déroulé la semaine dernière. Une première édition plutôt alléchante ! En effet, au départ de cette première, quatre équipes WorldTour de renom, Movistar, Quick-Step Floors, EF Education first drapac Cannnondale et évidemment le Team Sky. Un peloton également accru de coureurs colombiens affectés dans des équipes continentales du Pays et étrangères. Résumé d’une semaine forte en révélation !
Article : Victorien Floury
La première étape constituait concrètement une mise en jambe pour cette toute première édition. Une boucle de 110 kilomètres aux alentours de Palmira avec un très faible dénivelé de 25 mètres, pas assez pour inquiéter les sprinters ce jour-là ! S’imposant sur ces terres, Fernando Gaviria (Quick-Step Floors) s’est imposé presque naturellement devant Juan Sebastian Molano (Manzana-Postobon) et son coéquipier Maximiliano Richeze. Cette victoire lui permettait également de s’emparer du maillot de leader !
C’est également autour de Palmira qu’avait lieu la deuxième étape sur une longueur de 180 kilomètres. Elle était tout autant destiné à un sprint que la première et Bis répétita, c’est Fernando Gaviria qui s’est une nouvelle fois imposé devant Juan Sebastian Molano et Matteo Malucelli (Androni-idermec-Bottecchia).
La troisième étape s’est déroulée d’une façon quasiment similaire, voyant là un triplé de Gaviria qui asseyait un peu plus sa place de leader au général. La question qui se posait alors n’était pas celle de savoir qui aurait pu battre le colombien alors si fort mais bien de savoir s’il arriverait à tenir son rôle de leader lors des 3 étapes à venir !
Désormais passées les étapes de plaines, la montagne laissait place aux talents de grimpeurs. La dernière ascension du jour se présentait comme relativement douce, presque 50 kilomètres à 750 mètres de dénivelé positif. Néanmoins, la toute dernière rampe se présentait largement plus raide, avec un passage final à 16.3 %, promettant alors un beau spectacle. Alors expédié en Colombie le temps d’une semaine, c’est Julian Alaphilippe (Quick-Step Floors) qui est venu triompher en haut du sommet Colombien « El Tambo » ! Il devançait alors quelques-uns des plus grands noms qui sortent quan on vous dit « Tu connais des grimpeurs cyclistes ? » tels que Sergio Henao (Team Sky), deuxième, Nairo Quintana (Movistar), troisièe ou Rigoberto Uran (EF Education First Drapac Cannondale) qui termine quatrième ! Un résultat de très bon augure pour la suite de la saison de notre prometteur Julian ! Il prenait par la même occasion la relève de son coéquipier au classement général et s’emparait du maillot de meilleur grimpeur.
Lors de la cinquième étape, on a malheuresement vu notre vainqueur de la veille esseulé par ses rivaux. Tel est le jeu du cyclisme. La, c’était Rigoberto Uran qui venait prendre sa revanche au terme de 163.7 kilomètres devant Nairo Quintana et Egan Bernal (Team Sky). A l’arrivée, on y voyait pratiquement plus que des drapeaux colombiens sur le classement, seulement 3 autres nationalités autre que la Colombie dans le top 20 de l’étape. Julian Alaphilippe termine tout de même 13ème, ce qui ne lui permet tout de même pas de conserver sa tunique de leader.
La dernière étape était celle qui permettait à Egan Bernal de sceller sa victoire au classement général. Il était donc attendu de pied ferme par les plus grands de la discipline. Néanmoins, ces derniers sont plutôt restés à l’écart de la tête. C’est Dayer Quintana (Movistar) qui s’est imposé devant le jeune et prometteur Egan Bernal, qui remportait par la même occasion le classement général et celui de la montagne ! IL devançait lors de cette même étape son coéquipier Sebastian Heneo (Team Sky).